« Mon questionnement est tout sauf scientifique »

Marie-Odile Monchicourt propose un spectacle jubilatoire consacré à l’origine des sons en ouverture de Le Mans Sonore.

Journaliste scientifique et conceptrice des Laborigins.com, Marie-Odile Monchicourt sera sur scène en ouverture de Le Mans Sonore.

D’où vient votre goût pour les sciences ?

Il faut savoir que je n’ai jamais rien compris à l’école. Je suis une autodidacte. Adolescente, je ne rêvais que de théâtre. C’est d’ailleurs ce qui m’a ouvert les portes de la radio. Je n’ai aucune formation scientifique. Mon questionnement est donc celui d’un public néophyte. C’est ce qui a fait le succès de mes émissions sur Radio-France. Je me suis laissée envoutée par le discours des chercheurs tout en acceptant qu’il y ait des domaines inaccessibles à notre compréhension comme, par exemple, le comportement de la matière à l’échelle de l’infiniment petit.

Connaissiez-vous l’écosystème acoustique manceau avant Le Mans Sonore ?

Je connaissais très bien l’existence du Laum. C’est l’un des laboratoires d’acoustique les plus importants au monde. Il bénéficie d’une réputation internationale. J’en avais entendu parler notamment par mon collègue et ami Antonio Fischetti, aujoud’hui journaliste à Charlie Hebdo, et qui a effectué son doctorat au Mans. Il nous accompagnera sur scène pour nous faire partager ce qu’il a appris au cours de ses nombreux reportages consacrés à l’utilisation des sons par les animaux.

Que pouvez-vous nous dire du LabOrigins qui ouvrira la Biennale du son ?

Les LabOrigins, créés en 2013 avec Michel Spiro, physicien des particules, sont des spectacles au cours desquels scientifiques et artistes unissent leurs talents pour offrir un accès jubilatoire à la recherche fondamentale. Pour celui proposé dans le cadre de Le Mans Sonore, les acousticiens manceaux Joël Gilbert, Jean-Pierre Dalmont, Soizic Terrien et Antonio Fischetti partageront la scène avec les musiciens, Olivier Battle et Fabien Eckert. Il s’agira de découvrir les origines des divers univers sonores sur notre planète Terre.                                                                                                                   

LabOrigins, Maison de la Biennale, mardi 22 janvier à 16h. Gratuit.