Le Technocampus sur la voie de l’excellence

Il rassemblera des chercheurs, des étudiants et des entreprises autour de l’acoustique. Le point lors d’une visite de chantier organisée ce 21 juin.

© Ville du Mans

Il est sorti de terre et la structure de plus de 3 100 m² ne passe pas inaperçue. Le Technocampus spécialisé dans les matériaux et l’acoustique est implanté à Le Mans Université, à proximité du Centre de Transferts de Technologie du Mans (CTTM) et des laboratoires de l’Institut des molécules et matériaux du Mans (IMMM) et le Laboratoire d’acoustique de l’Université du Mans (LAUM). Un pôle de compétitivité ID4car, qui anime la filière de l’industrie automobile, sera également présent dans les locaux ainsi que l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne.

Une visite de chantier était organisée en présence de Stéphane Le Foll, maire du Mans, Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire et des élus.

 « Le Mans est la capitale du son et de l’acoustique et ce futur Technocampus est dans la continuité de cette excellence, il offre des capacités que n’ont pas les autres à l’échelle nationale. Il s’agit d’un lieu d’innovation qui réunira des chercheurs de l’université, des ingénieurs impliqués dans le transfert technologique, des étudiants et des industriels pour collaborer autour d’équipements de pointe », souligne Stéphane Le Foll.

« Il s'agit du 7è Technocampus des Pays de la Loire. L'enjeu est important pour la ville du Mans et la Région pour créer des synergies entre chercheurs et entreprises », ajoute Christelle Morançais.

Et pas des moindres, puisque des collaborations avec la Nasa, Airbus et Safran sont en place.

Il se composera de quatre espaces: vibroacoustique et aéronautique (livrés en octobre 2022), numérisation/simulation (livré en août 2022) ainsi que surfaces/matériaux et contrôle/ surfaces.

Il accueillera des équipements industriels de grande dimension comme des pâles d'hydrolienne ou les ailes d'avion. « Notamment pour concevoir « l’avion du futur », explique Thomas Humbert, ingénieur chercheur au Laum.  Un vibromètre laser 3D robotisé étudiera les vibrations de ces équipements. Il sera posé sur un rail linéaire de grande amplitude.

Dans la halle vibroacoustique, « Nous mesurerons des vibrations en trois dimensions », explique Matthieu Secail-Geraud, ingénieur au Laum. « Par exemple, nous mesurons les vibrations sous le capot d’une voiture et nous étudions le son que cela génère pour une personne. Un autre aspect caractéristique des matériaux concerne les types biosourcés composites. L’objectif est d’alléger les véhicules et réduire la consommation des carburants ».

Plus de 9 millions d'euros ont été investis. Le projet est financé par la région Pays de la Loire, Le Mans Métropole, le Feder (Fonds européen de développement régional) et des emprunts privés.

L’inauguration est prévue en 2023.