L'agenda des musées

  • 1
du sam. 08/10 au mer. 31/10

1ER DEPOT D'OEUVRES DU MUSEE… 1ER DEPOT D'OEUVRES DU MUSEE DU QUAI BRANLY - JACQUES CHIRAC

Expositions - Depuis son ouverture en juin 2006 à Paris, le musée du quai Branly – Jacques Chirac œuvre à la connaissance et à la…
Depuis son ouverture en juin 2006 à Paris, le musée du quai Branly – Jacques Chirac œuvre à la connaissance et à la valorisation des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques. Témoignage du génie des peuples et de la diversité de leurs cultures, les œuvres conservées par l’établissement constituent un patrimoine inestimable. Le partenariat noué entre le musée du quai Branly – Jacques Chirac et la Ville du Mans répond à la volonté de partager ces trésors de l’humanité avec le plus grand nombre. La présentation régulière au Mans d’expositions produites par le musée participe pleinement de cette ambition. Avec le dépôt au Carré Plantagenêt de quatre chefs d’œuvre des collections nationales, un pas supplémentaire est franchi en direction des cultures non-occidentales. Représentant chacune une grande aire culturelle, les quatre pièces exposées sont exceptionnelles. Leur découverte procure au visiteur une expérience esthétique rare, tout en offrant un précieux apprentissage de l’autre, dans un lieu qui s’y prête merveilleusement. Par leur partenariat, le musée du quai Branly – Jacques Chirac et la Ville du Mans approfondissent année après année le dialogue des cultures, auquel ils sont profondément attachés. Cet engagement mutuel traduit une vision humaniste forte, nourrie d’un sentiment de responsabilité vis-à-vis du monde présent et à venir. Depuis son ouverture en juin 2006 à Paris, le musée du quai Branly – Jacques Chirac œuvre à la connaissance et à la valorisation des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques. Témoignage du génie des peuples et de la diversité de leurs cultures, les œuvres conservées par l’établissement constituent un patrimoine inestimable. Le partenariat noué entre le musée du quai Branly – Jacques Chirac et la Ville du Mans répond à la volonté de partager ces trésors de l’humanité avec le plus grand nombre. La présentation régulière au Mans d’expositions produites par le musée participe pleinement de cette ambition. Avec le dépôt au Carré Plantagenêt de quatre chefs d’œuvre des collections nationales, un pas supplémentaire est franchi en direction des cultures non-occidentales. Représentant chacune une grande aire culturelle, les quatre pièces exposées sont exceptionnelles. Leur découverte procure au visiteur une expérience esthétique rare, tout en offrant un précieux apprentissage de l’autre, dans un lieu qui s’y prête merveilleusement. Par leur partenariat, le musée du quai Branly – Jacques Chirac et la Ville du Mans approfondissent année après année le dialogue des cultures, auquel ils sont profondément attachés. Cet engagement mutuel traduit une vision humaniste forte, nourrie d’un sentiment de responsabilité vis-à-vis du monde présent et à venir.
Lieu
2, rue Claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
de 10h00 à 18h00
Tarifs
Tarif indiv. adulte les dimanches, les entrées sont à 2,50 € pour tous.
Contact
02 43 47 46 45
Télécharger le détail (nouvelle fenêtre) Consulter le site www.lemans-tourisme.com (nouvelle fenêtre)
du sam. 01/07 au dim. 31/12

EXPOSITION ECHOS PAR… EXPOSITION ECHOS PAR FRÉDÉRIQUE PETIT

Expositions - Se déroulant sur une longue période de création, les œuvres de Frédérique Petit dialoguent avec les collections du musée…
Se déroulant sur une longue période de création, les œuvres de Frédérique Petit dialoguent avec les collections du musée dans les espaces permanents, aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Certaines ont été spécialement créées pour ce projet. Le grand fil conducteur est le Temps et mêle la petite et la grande histoire, pour voyager dans différentes formes de temps : le temps universel, le temps du quotidien, le temps subjectif, le temps de l’histoire, le temps de notre terre … Se déroulant sur une longue période de création, les œuvres de Frédérique Petit dialoguent avec les collections du musée dans les espaces permanents, aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Certaines ont été spécialement créées pour ce projet. Le grand fil conducteur est le Temps et mêle la petite et la grande histoire, pour voyager dans différentes formes de temps : le temps universel, le temps du quotidien, le temps subjectif, le temps de l’histoire, le temps de notre terre …
Lieu
2, rue Claude-Blondeau, Carré Plantagenêt, musée d'archéologie, 72000 LE MANS
Horaires
de 10h00 à 18h00
Tarifs
Tarif indiv. adulte à partir de 5 €. Gratuit pour les moins de 18 ans, les étudiants de moins de 25 ans et les demandeurs d'emploi (sur justificatif). Tarif réduit sous condition (dimanches, cartes de réduction, groupes)
Contact
02 43 47 46 45
du jeu. 07/09 au mar. 31/07

JE VAIS TE MANGER ! JE VAIS TE MANGER !

Expositions - L’exposition « Je vais te manger ! » propose de partir à la rencontre des êtres vivants qui tuent pour se nourrir. Ils…
L’exposition « Je vais te manger ! » propose de partir à la rencontre des êtres vivants qui tuent pour se nourrir. Ils sont présents partout, dans tous les milieux, depuis l’origine de la vie. Des plantes carnivores aux araignées, en passant par les grands prédateurs comme le requin blanc ou le lion, leurs « armes » et leurs stratégies sont infiniment variées. Certains prédateurs produisent de puissants venins, d’autres ont développé d’extraordinaires camouflages. Les champions de la prédation atteignent les limites des capacités physiques des êtres vivants et l’évolution a souvent sélectionné chez eux des sens particulièrement développés. Les carnivores provoquent des réactions exacerbées allant de la répulsion à la fascination. Nombre d’entre eux, comme le tigre, sont menacés. D’autres, à l’instar du loup, regagnent des territoires d’où ils avaient disparu depuis plusieurs décennies. L’exposition « Je vais te manger ! » propose de partir à la rencontre des êtres vivants qui tuent pour se nourrir. Ils sont présents partout, dans tous les milieux, depuis l’origine de la vie. Des plantes carnivores aux araignées, en passant par les grands prédateurs comme le requin blanc ou le lion, leurs « armes » et leurs stratégies sont infiniment variées. Certains prédateurs produisent de puissants venins, d’autres ont développé d’extraordinaires camouflages. Les champions de la prédation atteignent les limites des capacités physiques des êtres vivants et l’évolution a souvent sélectionné chez eux des sens particulièrement développés. Les carnivores provoquent des réactions exacerbées allant de la répulsion à la fascination. Nombre d’entre eux, comme le tigre, sont menacés. D’autres, à l’instar du loup, regagnent des territoires d’où ils avaient disparu depuis plusieurs décennies.
Lieu
204, avenue Jean-Jaurès, Musée Vert, 72000 LE MANS
Horaires
de 10h00 à 18h00
Tarifs
Tarif indiv. adulte à partir de 3 €. Gratuit pour les moins de 18 ans, les étudiants de moins de 25 ans et les demandeurs d'emploi (sur justificatif).
Tarif réduit sous condition (dimanches, cartes de réduction, groupes)
Contact
02 43 47 39 94
Consulter le site www.lemans.fr (nouvelle fenêtre)
du sam. 30/09 au dim. 14/01

ODON, LE BEAUTÉ DES ORIGINES ODON, LE BEAUTÉ DES ORIGINES

Expositions - « La ville du Mans est heureuse d’accueillir l’œuvre magnifique d’Odon dans le cadre de la Collégiale Saint-Pierre la…
« La ville du Mans est heureuse d’accueillir l’œuvre magnifique d’Odon dans le cadre de la Collégiale Saint-Pierre la Cour, particulièrement adaptée à ses créations, qui trouve un prolongement à la Médiathèque Louis Aragon où sont notamment exposés des carnets de l’artiste. Cette exposition qu’il avait beaucoup désirée, nous aurions bien sûr aimé lui en procurer le plaisir et le recevoir parmi nous. La collaboration avec les musées du Mans était déjà bien avancée lorsque nous avons appris sa disparition au printemps dernier. C’est donc une forme d’hommage que lui rend aujourd’hui sa ville natale, à laquelle je sais qu’il était très attaché. Né au Mans en 1940, Guy Houdouin a choisi de devenir Odon en 1997, en référence à un célèbre abbé du monastère de Cluny au Xe siècle, mais aussi parce que ce nom est l’anagramme de l’italien nodo c’est-à-dire le noeud. C’est en effet à partir de cette époque qu’il a orienté son travail vers le tressage. Dans le silence et la méditation, il a développé un long travail patient et répétitif. A partir d’un point central, les spirales se déroulent et envahissent peu à peu tout l’espace comme si elles devaient se poursuivre à l’infini. Et de ce jaillissement de couleurs naît soudain la lumière. Mais le geste ancestral du tressage, s’il est un retour aux origines, constitue aussi un extraordinaire voyage et nous rappelle les créations qui existent dans de nombreuses cultures. Chez Odon, ce « vannier mystique », le nœud est aussi carrefour, le tissage une œuvre de métissage ». Jean-Claude Boulard Biographie de l’artiste Guy Houdouin est né le 1er novembre 1940 au Mans, où il passe son enfance. 1956 Il est reçu à l’examen d’entrée à l’École des Beaux-Arts d’Angers. Il est âgé de 16 ans. Rencontre Colette Tessier, sa condisciple qu’il épousera quelques années plus tard. 1959 Il rejoint les Beaux-Arts du Mans pour la 3e année d’études. Il ira à Tours pour les 4e et 5e années. 1961 Il obtient le Diplôme National Supérieur de gravure avec mention. Il obtient un poste de professeur d’Arts Plastiques au Mans, à l’Institution Saint-Louis et au collège des Perrais à Parigné-le-Pôlin. Il installe son atelier au Mans dans une école désaffectée. 1976 Odon et Colette s’installent à Nogent-sur-Marne, à la lisière du Bois de Vincennes. Début des tressages. 1978 À Nogent-sur-Marne, il achète une ancienne imprimerie qui sera à la fois son habitation et son atelier. 1985 Suite à un arrêt cardiaque, il est contraint de passer toute l’année à l’hôpital de Garches. 1997 Guy Houdouin découvre Odon, deuxième abbé de Cluny, sarthois comme lui, et la rivière normande l’Odon. Désormais, et de façon inopinée, il sera Odon. 2007 Odon est fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. 2017 Odon disparaît le 6 avril. Extrait du catalogue Odon ou la beauté des origines (…) Odon ne travaille pas. Il œuvre. Je vois un Sisyphe qui, un jour d’illumination, prit goût à son labeur quotidien. Comme si son geste,inlassablement répété, tendait le ressort de l’horloge motrice de la vie. La beauté de l’objet ne vient là que pour donner quelque variété, quelque tension entrainante, quelque motif d’être au geste du tresseur. Mais la contemplation de l’objet transmet cette tension qui fige le regard. Sidération : on voit matérialisé, le rythme et la pulsation lente des astres. Sidération étant entendue comme « subir l’influence des astres ». (…) Odon est un sculpteur. Odon prépare toujours son projet par des croquis indiquant ses idées de torsions et de tresses en marquant dans la marge : « départ », puis le dessin se perd dans l’espace du papier. Mais en y portant plus d’attention on voit bien que le dessin est cerné de notes comme « ne pas oublier de … », de blagues, d’observation de petits spectacles de la vie, de n° de téléphone, de dates de rendez-vous, de références à des lectures, de tout et de rien : la vie quotidienne renvoyant à l’infini de la chose à venir et faisant valoir la qualité hors du commun et hors du temps de l’œuvre. C’est pourquoi Odon n’est pas un peintre. Odon est un grand sculpteur. Il en a l’immense capacité à répéter inlassablement le geste qui peaufine et qui maitrise l’espace laissant advenir la forme commandée autant par le ciseau que par la matière. Le sculpteur peut se laisser distraire par ce qui s’agite auprès de lui, par la vie du jour, tandis que le peintre doit être à son boulot, concentré, excluant ce qui pourrait en perturber l’accomplissement. Le peintre conserve la forme en son esprit, le sculpteur attend qu’elle se manifeste si elle veut bien l’aider. Odon des origines. Toutefois, chez Odon l’envie de sculpter, est sous tendue inconsciemment par l’entêtement d’un geste qui, disait le préhistorien André Leroi-Gourhan, « intègre le sujet dans le temps et l’espace ». Et là avec Odon, à l’évidence, on remonte le temps. Car, pour ce spécialiste des temps anciens, la tresse peut être imaginée comme une des origines des arts graphiques. L’inspiré des grottes a remarqué la trace de la tresse du panier imprimée dans l’argile qui tapisse la paroi de ces récipients à conserver l’eau. Si son arrière grand père de Lascaux en fait un motif, Odon en fait un prétexte. Un prétexte à ressentir au cours des nuits durant lesquelles il tresse inlassablement son inclusion dans l’espace et dans les âges de l’humanité. Et un pré-texte à inscrire dans la matérialité de ses papiers peints et enroulés les rapports qu’il a certainement vus entre l’eau, la terre et la tresse se combinant et offrant à l’œil créateur de l’homme les toutes premières formes ornementales. L’univers y est tapi, aux aguets du moment de sa manifestation. Et Odon, passant par là, communiant dans la compagnie des faiseurs de beauté, reprend ce geste des origines. Lui qui priait en tressant aurait fait sienne la parole de Yoko Ogawa : « La moindre chose a une forme absolue qui soutient son existence. Une forme existentielle accordée par le Ciel. » Roger Boulay Autour de l’exposition Visite-conférence le dimanche 1er octobre 2017 15h30 au Carré Plantagenêt : Odon, l’allégeance rebelle 17h à la Collégiale Saint-Pierre-la-Cour : visite de l’exposition par Christian Gatard, écrivain et sociologue Renseignements et réservation : 02 43 47 38 51 Carré Plantagenêt - musée d’archéologie et d’histoire 2 rue Claude-Blondeau - Le Mans Une exposition en hommage à Odon est présentée à la Médiathèque Louis-Aragon. « La ville du Mans est heureuse d’accueillir l’œuvre magnifique d’Odon dans le cadre de la Collégiale Saint-Pierre la Cour, particulièrement adaptée à ses créations, qui trouve un prolongement à la Médiathèque Louis Aragon où sont notamment exposés des carnets de l’artiste. Cette exposition qu’il avait beaucoup désirée, nous aurions bien sûr aimé lui en procurer le plaisir et le recevoir parmi nous. La collaboration avec les musées du Mans était déjà bien avancée lorsque nous avons appris sa disparition au printemps dernier. C’est donc une forme d’hommage que lui rend aujourd’hui sa ville natale, à laquelle je sais qu’il était très attaché. Né au Mans en 1940, Guy Houdouin a choisi de devenir Odon en 1997, en référence à un célèbre abbé du monastère de Cluny au Xe siècle, mais aussi parce que ce nom est l’anagramme de l’italien nodo c’est-à-dire le noeud. C’est en effet à partir de cette époque qu’il a orienté son travail vers le tressage. Dans le silence et la méditation, il a développé un long travail patient et répétitif. A partir d’un point central, les spirales se déroulent et envahissent peu à peu tout l’espace comme si elles devaient se poursuivre à l’infini. Et de ce jaillissement de couleurs naît soudain la lumière. Mais le geste ancestral du tressage, s’il est un retour aux origines, constitue aussi un extraordinaire voyage et nous rappelle les créations qui existent dans de nombreuses cultures. Chez Odon, ce « vannier mystique », le nœud est aussi carrefour, le tissage une œuvre de métissage ». Jean-Claude Boulard Biographie de l’artiste Guy Houdouin est né le 1er novembre 1940 au Mans, où il passe son enfance. 1956 Il est reçu à l’examen d’entrée à l’École des Beaux-Arts d’Angers. Il est âgé de 16 ans. Rencontre Colette Tessier, sa condisciple qu’il épousera quelques années plus tard. 1959 Il rejoint les Beaux-Arts du Mans pour la 3e année d’études. Il ira à Tours pour les 4e et 5e années. 1961 Il obtient le Diplôme National Supérieur de gravure avec mention. Il obtient un poste de professeur d’Arts Plastiques au Mans, à l’Institution Saint-Louis et au collège des Perrais à Parigné-le-Pôlin. Il installe son atelier au Mans dans une école désaffectée. 1976 Odon et Colette s’installent à Nogent-sur-Marne, à la lisière du Bois de Vincennes. Début des tressages. 1978 À Nogent-sur-Marne, il achète une ancienne imprimerie qui sera à la fois son habitation et son atelier. 1985 Suite à un arrêt cardiaque, il est contraint de passer toute l’année à l’hôpital de Garches. 1997 Guy Houdouin découvre Odon, deuxième abbé de Cluny, sarthois comme lui, et la rivière normande l’Odon. Désormais, et de façon inopinée, il sera Odon. 2007 Odon est fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. 2017 Odon disparaît le 6 avril. Extrait du catalogue Odon ou la beauté des origines (…) Odon ne travaille pas. Il œuvre. Je vois un Sisyphe qui, un jour d’illumination, prit goût à son labeur quotidien. Comme si son geste,inlassablement répété, tendait le ressort de l’horloge motrice de la vie. La beauté de l’objet ne vient là que pour donner quelque variété, quelque tension entrainante, quelque motif d’être au geste du tresseur. Mais la contemplation de l’objet transmet cette tension qui fige le regard. Sidération : on voit matérialisé, le rythme et la pulsation lente des astres. Sidération étant entendue comme « subir l’influence des astres ». (…) Odon est un sculpteur. Odon prépare toujours son projet par des croquis indiquant ses idées de torsions et de tresses en marquant dans la marge : « départ », puis le dessin se perd dans l’espace du papier. Mais en y portant plus d’attention on voit bien que le dessin est cerné de notes comme « ne pas oublier de … », de blagues, d’observation de petits spectacles de la vie, de n° de téléphone, de dates de rendez-vous, de références à des lectures, de tout et de rien : la vie quotidienne renvoyant à l’infini de la chose à venir et faisant valoir la qualité hors du commun et hors du temps de l’œuvre. C’est pourquoi Odon n’est pas un peintre. Odon est un grand sculpteur. Il en a l’immense capacité à répéter inlassablement le geste qui peaufine et qui maitrise l’espace laissant advenir la forme commandée autant par le ciseau que par la matière. Le sculpteur peut se laisser distraire par ce qui s’agite auprès de lui, par la vie du jour, tandis que le peintre doit être à son boulot, concentré, excluant ce qui pourrait en perturber l’accomplissement. Le peintre conserve la forme en son esprit, le sculpteur attend qu’elle se manifeste si elle veut bien l’aider. Odon des origines. Toutefois, chez Odon l’envie de sculpter, est sous tendue inconsciemment par l’entêtement d’un geste qui, disait le préhistorien André Leroi-Gourhan, « intègre le sujet dans le temps et l’espace ». Et là avec Odon, à l’évidence, on remonte le temps. Car, pour ce spécialiste des temps anciens, la tresse peut être imaginée comme une des origines des arts graphiques. L’inspiré des grottes a remarqué la trace de la tresse du panier imprimée dans l’argile qui tapisse la paroi de ces récipients à conserver l’eau. Si son arrière grand père de Lascaux en fait un motif, Odon en fait un prétexte. Un prétexte à ressentir au cours des nuits durant lesquelles il tresse inlassablement son inclusion dans l’espace et dans les âges de l’humanité. Et un pré-texte à inscrire dans la matérialité de ses papiers peints et enroulés les rapports qu’il a certainement vus entre l’eau, la terre et la tresse se combinant et offrant à l’œil créateur de l’homme les toutes premières formes ornementales. L’univers y est tapi, aux aguets du moment de sa manifestation. Et Odon, passant par là, communiant dans la compagnie des faiseurs de beauté, reprend ce geste des origines. Lui qui priait en tressant aurait fait sienne la parole de Yoko Ogawa : « La moindre chose a une forme absolue qui soutient son existence. Une forme existentielle accordée par le Ciel. » Roger Boulay Autour de l’exposition Visite-conférence le dimanche 1er octobre 2017 15h30 au Carré Plantagenêt : Odon, l’allégeance rebelle 17h à la Collégiale Saint-Pierre-la-Cour : visite de l’exposition par Christian Gatard, écrivain et sociologue Renseignements et réservation : 02 43 47 38 51 Carré Plantagenêt - musée d’archéologie et d’histoire 2 rue Claude-Blondeau - Le Mans Une exposition en hommage à Odon est présentée à la Médiathèque Louis-Aragon.
Lieu
Rue des Fossés Saint-Pierre, Collégiale Saint-Pierre-la-Cour, 72000 LE MANS
Tarifs
Gratuit
Contact
02 43 47 38 51
du mar. 03/10 au sam. 28/10

EFFERVESCIENCE EFFERVESCIENCE

Fêtes et animations - Le cerveau est un organe essentiel qui assure la régulation de toutes les fonctions vitales. Il reçoit des informations…
Le cerveau est un organe essentiel qui assure la régulation de toutes les fonctions vitales. Il reçoit des informations provenant de l’ensemble du corps humain, les intègre et les analyse, puis répond en émettant des signaux qui redescendent vers les parties du corps concernées. Il est ainsi responsable du rythme cardiaque et respiratoire, des fonctions qui pour nous sont inconscientes. Mais, il est aussi impliqué dans la prise de décision, dans la motricité du corps, le comportement, la mémoire ou encore la conscience. À l’occasion de la 23e édition, le collectif Effervescience vous invite à voyager au centre du cerveau, en participant à des ateliers, des animations, des sorties, des expositions et autres conférences. Il s’agira de se creuser les méninges pour en percer le fonctionnement et les mystères. Au programme : Animations, expositions, conférences,... Divers lieux : MPT Jean Moulin, Musée Vert, Arche de la Nature, Médiathèque Sud, MJC Ronceray, Abbaye de l'Epau,... Inauguration mardi 3 octobre à la MPT Jean Moulin à 17h30. Les manifestations sont gratuites sauf indications contraires. Le cerveau est un organe essentiel qui assure la régulation de toutes les fonctions vitales. Il reçoit des informations provenant de l’ensemble du corps humain, les intègre et les analyse, puis répond en émettant des signaux qui redescendent vers les parties du corps concernées. Il est ainsi responsable du rythme cardiaque et respiratoire, des fonctions qui pour nous sont inconscientes. Mais, il est aussi impliqué dans la prise de décision, dans la motricité du corps, le comportement, la mémoire ou encore la conscience. À l’occasion de la 23e édition, le collectif Effervescience vous invite à voyager au centre du cerveau, en participant à des ateliers, des animations, des sorties, des expositions et autres conférences. Il s’agira de se creuser les méninges pour en percer le fonctionnement et les mystères. Au programme : Animations, expositions, conférences,... Divers lieux : MPT Jean Moulin, Musée Vert, Arche de la Nature, Médiathèque Sud, MJC Ronceray, Abbaye de l'Epau,... Inauguration mardi 3 octobre à la MPT Jean Moulin à 17h30. Les manifestations sont gratuites sauf indications contraires.
Lieu
Divers lieux, 72000 LE MANS
Tarifs
Gratuit
Contact
02 43 47 48 64
Télécharger le détail (nouvelle fenêtre)
jeu. 19/10

DÉJEUNER AU MUSÉE AU CARRÉ… DÉJEUNER AU MUSÉE AU CARRÉ PLANTAGENÊT, MUSÉE D'ARCHÉOLOGIE ET D'HISTOIRE DU MANS

Visites et balades - Le temps d'un repas, venez découvrir une oeuvre des collections puis déjeuner au sein du musée avec le Café Carré. Un…
Le temps d'un repas, venez découvrir une oeuvre des collections puis déjeuner au sein du musée avec le Café Carré. Un moment de partage alliant culture, découverte et convivialité. A ne surtout pas manquer! Ce jeudi: Sculptures en dépôt du musée du quai branly - Jacques Chirac Le temps d'un repas, venez découvrir une oeuvre des collections puis déjeuner au sein du musée avec le Café Carré. Un moment de partage alliant culture, découverte et convivialité. A ne surtout pas manquer! Ce jeudi: Sculptures en dépôt du musée du quai branly - Jacques Chirac
Lieu
2, rue claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
de 12h30 à 13h30
Tarifs
Gratuit
Contact
02 43 47 46 45
sam. 21/10

VISITE DE L'EXPOSITION "ECHOS"… VISITE DE L'EXPOSITION "ECHOS" DE FRÉDÉRIQUE PETIT

Visites et balades - Artiste plasticienne et musicienne qui vit et travaille en Sarthe, Frédérique Petit est conviée au Carré Plantagenêt, le…
Artiste plasticienne et musicienne qui vit et travaille en Sarthe, Frédérique Petit est conviée au Carré Plantagenêt, le musée d'archéologie et d'histoire du Mans, pour une exposition où ses créations viennent s’intégrer au parcours des collections archéologiques : un regard sur le temps qui s’écoule, une « archéologie du quotidien ». Se déroulant sur une longue période de création, ses œuvres dialoguent avec les collections du musée dans les espaces permanents, aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Certaines ont été spécialement créées pour ce projet. Le grand fil conducteur est le Temps et mêle la petite et la grande histoire, pour voyager dans différentes formes de temps : le temps universel, le temps du quotidien, le temps subjectif, le temps de l’histoire, le temps de notre terre… Artiste plasticienne et musicienne qui vit et travaille en Sarthe, Frédérique Petit est conviée au Carré Plantagenêt, le musée d'archéologie et d'histoire du Mans, pour une exposition où ses créations viennent s’intégrer au parcours des collections archéologiques : un regard sur le temps qui s’écoule, une « archéologie du quotidien ». Se déroulant sur une longue période de création, ses œuvres dialoguent avec les collections du musée dans les espaces permanents, aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Certaines ont été spécialement créées pour ce projet. Le grand fil conducteur est le Temps et mêle la petite et la grande histoire, pour voyager dans différentes formes de temps : le temps universel, le temps du quotidien, le temps subjectif, le temps de l’histoire, le temps de notre terre…
Lieu
2, rue Claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
de 15h00 à 16h30
Tarifs
Tarif indiv. adulte 6 €
Tarif indiv. réduit 4 €
Contact
02 43 47 46 45
dim. 22/10

CONCERT AU CARRÉ PLANTAGENÊT… CONCERT AU CARRÉ PLANTAGENÊT DE L'ENSEMBLE OFFRANDES

Concerts - En lien avec l'exposition "Echos" de l'artiste plasticienne Frédérique Petit, 3 musiciens de l'ensemble Offrandes vous…
En lien avec l'exposition "Echos" de l'artiste plasticienne Frédérique Petit, 3 musiciens de l'ensemble Offrandes vous feront découvrir autrement son travail en proposant des œuvres de Georges Crumb Sonate pour violoncelle seul A little suite for christmas pour piano Vox Balenae pour flûte, violoncelle et piano Visite de l'exposition par Frédérique Petit durant l'entracte avec Laure Balteaux, violoncelle; Sylvie Courtin, piano; Julie Laillet, flûte En lien avec l'exposition "Echos" de l'artiste plasticienne Frédérique Petit, 3 musiciens de l'ensemble Offrandes vous feront découvrir autrement son travail en proposant des œuvres de Georges Crumb Sonate pour violoncelle seul A little suite for christmas pour piano Vox Balenae pour flûte, violoncelle et piano Visite de l'exposition par Frédérique Petit durant l'entracte avec Laure Balteaux, violoncelle; Sylvie Courtin, piano; Julie Laillet, flûte
Lieu
2, rue claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
de 16h00 à 18h00
Tarifs
Gratuit
Contact
02 43 47 46 45
mer. 25/10

VISITES ATELIERS FAMILLE :… VISITES ATELIERS FAMILLE : EXPOSITION "ECHOS"

Visites et balades - Après une immersion dans l’œuvre de Frédérique Petit, les participants sont invités à inventer leurs propres objets…
Après une immersion dans l’œuvre de Frédérique Petit, les participants sont invités à inventer leurs propres objets archéologiques. Après une immersion dans l’œuvre de Frédérique Petit, les participants sont invités à inventer leurs propres objets archéologiques.
Lieu
2, rue Claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
de 14h00 à 16h00
Tarifs
Gratuit
Contact
02 43 47 46 45
ven. 17/11

VIE ET MORT DES DINOSAURES VIE ET MORT DES DINOSAURES

Conférences et réunions publiques - Drôle de sujet ? Non, sujet d'actualité... qui nous fera poser des questions sur les catastrophes climatiques, l'origine…
Drôle de sujet ? Non, sujet d'actualité... qui nous fera poser des questions sur les catastrophes climatiques, l'origine de notre vie et la méthode scientifique. Lauréat de la  Fondation de la vocation et docteur ès sciences en 1973, il est chercheur  au CNRS de 1965 à 1981, Philippe taquet a effectué de nombreuses missions dans différents pays du monde: Niger, Maroc, Madagascar, Patagonie, Brésil, Thaïlande et Chine. Directeur du laboratoire de paléontologie depuis 1981 et Directeur du Muséum national d'histoire naturelle de 1985 à 1990. Philippe Taquet dirige la revue Annales de paléontologie depuis 1981. Il a été élu académicien le 14 juin 2005 après avoir été correspondant de l'institut pendant 15 ans. Il a rédigé de nombreux documents sur la systémique descriptive, la phylogénie, l'évolution adaptative dans le temps et dans l'espace des dinosaures. Il a aussi dirigé les études de reconstitution grandeur nature d’espèces animales préhistoriques exposées aux parcs zoologiques de Saint-Vrain, de Vincennes et du Jardin des Plantes. Uniquement sur réservation à l’adresse suivante : cercle.montesquieu.lemans@gmail.com Auditorium du Carré Plantagenêt – 2 rue Claude Blondeau – 72000 Le Mans Drôle de sujet ? Non, sujet d'actualité... qui nous fera poser des questions sur les catastrophes climatiques, l'origine de notre vie et la méthode scientifique. Lauréat de la  Fondation de la vocation et docteur ès sciences en 1973, il est chercheur  au CNRS de 1965 à 1981, Philippe taquet a effectué de nombreuses missions dans différents pays du monde: Niger, Maroc, Madagascar, Patagonie, Brésil, Thaïlande et Chine. Directeur du laboratoire de paléontologie depuis 1981 et Directeur du Muséum national d'histoire naturelle de 1985 à 1990. Philippe Taquet dirige la revue Annales de paléontologie depuis 1981. Il a été élu académicien le 14 juin 2005 après avoir été correspondant de l'institut pendant 15 ans. Il a rédigé de nombreux documents sur la systémique descriptive, la phylogénie, l'évolution adaptative dans le temps et dans l'espace des dinosaures. Il a aussi dirigé les études de reconstitution grandeur nature d’espèces animales préhistoriques exposées aux parcs zoologiques de Saint-Vrain, de Vincennes et du Jardin des Plantes. Uniquement sur réservation à l’adresse suivante : cercle.montesquieu.lemans@gmail.com Auditorium du Carré Plantagenêt – 2 rue Claude Blondeau – 72000 Le Mans
Lieu
2, rue Claude Blondeau, Carré Plantagenêt, 72000 LE MANS
Horaires
à 18h00
Tarifs
Gratuit