Un hommage captivant pour le 8 août

Des témoignages sur la libération de la ville ont passionné les citoyennes et citoyens venus assister à la commémoration du 8 août.

© Ville du Mans.

Ils/elles étaient âgé(e)s d’une dizaine d’années où étaient déjà adultes à l’époque, mais tous ont un point commun : leurs témoignages sur la libération de la ville du Mans ont captivé les citoyennes et citoyens venus nombreux, assister à la commémoration du 8 août.

À travers la lecture de comédiens, la découverte de récits poignants et vibrants de Mancelles et Manceaux qui se sont battus jusqu’au bout, jusqu’à la libération du 8 août 1944 par les troupes américaines. À l’exemple du jeune Gabriel Bodereau, qui a participé avec ses amis, Raymond Gauffre et Moïse Lecointre, à sectionner les 42 torpilles qui avaient été posés sur le Pont Gambetta afin de le détruire. Ces trois noms qui figurent sur une plaque commémorative, sur ce pont où passe le tramway, permettent de rappeler leur bravoure.

Ces témoignages ont été recueillis par l'historien Emmanuel Jan et extraits de son ouvrage « 8 août 1944 – la libération du Mans – Une liberté retrouvée »

La cérémonie qui a débuté sur le Pont Gambetta, a été l’occasion de rappeler des actions qui auront construits l’histoire mancelle. « Si nous sommes sur ce pont aujourd’hui, c’est grâce à eux. Ces actes de bravoure rappellent que des hommes et des femmes, malgré les moments difficiles, ont fait acte de courage jusqu’à la fin pour sauver la ville au péril de leur vie », a salué Stéphane Le Foll, maire du Mans.

Un moment de partage, en présence d’une invitée américaine, Cynthia Harris, venue du Nevada pour rendre hommage à son grand-oncle, qui a péri la veille de la Libération. Avant de s’achever place de la mairie, la cérémonie s’est poursuivie en bas du tunnel Wilbur-Wright pour honorer la mémoire du lieutenant Louis Chelle et les gendarmes Roger Cabelguenne et Jacques Durier, tombés le 8 août 1944 sous les balles des nazis.