L’Université du Mans réfléchit aux risques de demain

Une chaire consacrée aux risques émergents et atypiques a ouvert au sein de l’Institut du risque et de l’assurance de l’Université du Mans.

© AdobeStock

L’Institut du risque et de l’assurance (Ira) de Le Mans Université, en partenariat avec l’École polytechnique et MMA, sous l’égide de la Fondation du risque de l’Institut Louis Bachelier, a inauguré, mardi 22 octobre, l’initiative de recherche « Risques émergents et atypiques en assurance » (RE2A).

Les initiatives de recherche sont des projets de recherche inter-établissements contribuant à agréger les forces autour d’enjeux scientifiques et technologiques de haut niveau. Elles permettent de développer connaissances et savoir-faire.

Au Mans, il s’gira principalement de traiter les problèmes de modélisation aléatoire et tarification des risques émergents dans différents secteurs de l’assurance. Ainsi, la présence de dispositifs d’aide au freinage dans les automobiles, peut générer de nouveaux risques. De même, l’assurance construction, avec des données rares et des clients aux profils variés fait face à des risques atypiques.

L’objectif des travaux étant de faire évoluer les méthodologies actuarielles.

André Lévy-Lang, président de l’Institut Louis Bachelier affichait sa satisfaction au moment de signer ce partenariat « exemplaire des collaborations entre acteurs académiques, entreprises et collectivités que nous souhaitons promouvoir. Cette initiative fait progresser l’école mathématique française ».

Didier Bazzocchi, directeur général de MMA, a, pour sa part, sur le côté « vital de trouver localement des compétences de haut niveau. Nous comptons nous appuyer sur ces compétences locales ».

Benoît Deveaud, directeur adjoint de l’Enseignement et la recherche à l’École polytechnique a, de son côté, salué « la présence du maire du Mans. Il est important que les élus soutiennent les universitaires ».

À cette occasion, le maire du Mans a rappelé « la qualité de l’enseignement et les performances des chercheurs de l’Institut du risque et de l’assurance. Tout ceci donne une visibilité au Mans ». Il a également insisté sur la nécessité de « réfléchir aux risques de demain. Il faut de nouveaux calculs des risques avec de nouveaux paradigmes. Il faut notamment penser les risques climatiques de manière innovante. C’est une partie des grands enjeux des dix prochaines années ».